Commedia

Lien vers fichiers audio

Conçu comme un canon formel à 600 voix, l’opéra Commedia est prévu de durer 24 heures réparties sur trois jours. Les sept endormissements de Dante lui donnent sa macrostructure. Écrit pour orchestre, traitement électro-acoustique, solistes, petits et grands chœurs, il doit également faire intervenir les dimensions chorégraphique, photographique et cinématographique à part entière. Imaginé comme une œuvre dite totale, il veut avant tout rendre hommage à notre état d’êtres humains en souffrance et en jouissance. Bien que très précisément situé dans le temps et dans l’espace par ses références historiques et géographiques, le poème de Dante est vu à travers un foyer grossissant, apte à le transposer en tout temps ou lieu.

Par la diversité des situations in texto, l’opéra proposera un traitement vocal, instrumental et visuel aussi contrasté que possible. Aux instruments traditionnels de l’orchestre symphonique s’adjoindront des instruments extra-européens ; tous seront ou non traités par le filtre de programmes informatiques aptes à leur conférer un timbre ou une autonomie acoustique particuliers. De même, les voix, utilisées soit de manière traditionnelle (bel canto, parlato, sprechgesang) ou selon des techniques extra-européennes, seront ou non transformées par l’électro-acoustique, le but étant de créer un monde sonore inouï, puisant à des sources musicales aussi diverses que possible. Ce projet, toujours à l’écoute des nouvelles technologies, des efforts communicationnels contemporains, est prévu de s’achever autour de 2030. Dans la mesure du possible, il laissera une marge de manœuvre suffisante aux interprètes pour que l’œuvre dans son ensemble reste transposable dans des environnements historiques ou géographiques différents. Voilà pourquoi le poème de Dante demeure le support indispensable, mais un support ouvert à tous possibles.

La composition même de l’opéra n’a pu commencer qu’en avril 2005, sa préparation s’étant étalée de 1994 à 2005. Le Prologue avait été composé entre 1991 et 1994, la traduction du poème effectuée entre 1996 et 2003, la préparation de la structure de l’opéra de 2000 à 2003.